Blog /

Transport

X

minutes de lecture

Les conseils d'Ontruck pour conduire un poids lourd en cas d’intempéries

Les chauffeurs routiers sont tous confrontés aux intempéries à un moment ou à un autre de leur carrière. Certains sont cependant davantage touchés que d'autres. Par exemple, les chauffeurs qui effectuent de longs trajets dans des véhicules rigides et/ou avec remorques sont plus exposés, en raison des longues distances parcourues et d’un équipement moins flexible. Mais même sur de courtes distances, aucun chauffeur ne peut éviter le mauvais temps. De plus, de nombreux chauffeurs routiers ignorent comment réagir face à ces conditions et peu disposent du matériel ou des équipements adéquats, ce qui peut engendrer de graves problèmes. Ainsi, rien qu'aux États-Unis, on estime que 24 % des accidents surviennent dans des conditions météorologiques défavorables. Savoir que faire en cas de mauvais temps peut non seulement préserver les marchandises que les chauffeurs transportent, mais aussi sauver leur vie. Nos conseils ci-dessous offrent aux chauffeurs routiers un guide pratique pour bien se préparer, eux et leurs camions, aux intempéries, notamment pendant les rigueurs hivernales :

1.Planifiez minutieusement votre trajet

Pour faire face aux intempéries, il est essentiel de bien se préparer. Les chauffeurs doivent anticiper les risques météorologiques en suivant les bulletins météo. En recevant des mises à jour des applications météo, par exemple, ou en écoutant les informations locales, vous pourrez mieux vous préparer et vous tenir au courant de tout événement météorologique inattendu. Vous pouvez également repérer sur une carte les aires de service avant de partir afin de toujours savoir où vous pouvez vous arrêter en cas d'intempéries soudaines. Planifier à l'avance – par exemple, la veille d'un voyage, plutôt que le matin même – peut également vous permettre d'anticiper les temps de retard de vos trajets. Il en résultera une diminution du niveau de stress du chauffeur, lequel peut avoir des effets négatifs sur la concentration et la qualité de la conduite. La préparation en amont peut donc même réduire les risques d'accident. Vos marchandises les plus importantes auront également plus de chances d'arriver à destination dans les délais.

2. Éliminez les distractions

Un conducteur distrait est bien plus vulnérable aux accidents en cas d'intempéries. Par exemple, l'envoi d'un SMS multiplie par 23 le risque d'accident. Cette probabilité augmente encore en cas de mauvaises conditions météorologiques. L'écoute de musique ou de podcasts peut, bien sûr, être très utile pour les chauffeurs qui ont besoin de rester éveillés pendant les trajets nocturnes. Cependant, il est préférable d'éviter d'écouter de la musique à un volume très élevé, de téléphoner et encore plus d'envoyer des SMS en conduisant. Même quand la météo est clémente, la route doit avoir votre pleine attention. Une seconde d’inattention peut être fatale.

3.Vérifiez l'état du véhicule avant de partir

AdobeStock_136519652.jpeg

La plupart des chauffeurs routiers sont tenus d'inspecter leur véhicule avant le départ, mais certaines vérifications passent parfois à la trappe. L'inspection doit être visuelle et pratique, couvrant tous les aspects des véhicules. Les points suivants doivent être vérifiés :

  • Essuie-glaces : vérifiez que les balais des essuie-glaces ne sont pas usés et qu'ils nettoient correctement le pare-brise.
  • Pneus : la bande de roulement des pneus est très importante sur route glissante. Il faut donc vérifier que les pneus ne sont pas trop usés. L'examen du gonflage des pneus est également essentiel : des pneus surgonflés ou sous-gonflés peuvent entraîner une perte potentielle de traction. Enfin, n'oubliez pas de vérifier la roue de secours.
  • Vérifiez la batterie, l'antigel et le liquide des essuie-glaces.
  • Assurez-vous que les plaques d'immatriculation sont visibles et lisibles.
  • Feux : veillez à ce que tous les feux du véhicule soient propres et en bon état de fonctionnement. Les phares, clignotants et feux de détresse sont indispensables en cas de conduite dans de mauvaises conditions météorologiques.
  • Rétroviseurs et vitres : vérifiez que tous les rétroviseurs sont dégagés et que les vitres sont bien désembuées. Assurez-vous que tous les rétroviseurs sont dans la bonne position, particulièrement ceux qui montrent les angles morts.
  • Lorsque vous conduisez, faites attention aux signaux d'avertissement. Surveillez les voyants d'avertissement et les indicateurs, en particulier l'indicateur de température.
  • Carburant : assurez-vous d'avoir assez de carburant pour votre trajet, voire plus. En hiver, il est essentiel de disposer d'au moins un demi-réservoir d'essence avant le départ.

4.Redoublez de prudence

Il semble évident de conduire plus prudemment quand les conditions météorologiques sont mauvaises, mais tous les conducteurs ne connaissent pas les changements qu'il y a lieu d'apporter à la conduite. Tout d'abord, ralentissez. La traction est considérablement réduite dans des conditions météorologiques défavorables. Vous devez donc réduire la vitesse dans les zones potentiellement dangereuses. Deuxièmement, utilisez les freins avec précaution. En freinant et en accélérant légèrement, vous réduisez le risque que vos roues perdent le contrôle de votre véhicule sur chaussée glissante. Troisièmement, soyez très prudent sur et aux abords des ponts. Les ponts sont connus pour la présence de glace : ils sont souvent plus glissants que les autres tronçons, il faut donc faire très attention. Dernier point, mais non des moindres : réduisez la vitesse dans les virages. Assurez-vous que vous tournez en douceur et de façon contrôlée afin d'éviter tout dérapage inutile des roues.

5.Emportez une trousse de premiers soins

Par mauvais temps, vous devez avoir tout l'équipement nécessaire à portée de main. Notamment :

  • Des vêtements : des couches et couvertures supplémentaires, des vêtements de protection et adaptés aux conditions météorologiques comme des gants, chapeaux, bottes de neige, vêtements de pluie, ainsi qu'une veste réfléchissante.
  • Une torche/lampe de poche
  • De l'eau et de la nourriture en quantité suffisante : les en-cas tels que les barres aux fruits, les barres de granola et les fruits secs sont particulièrement utiles.
  • De l’équipement pour la neige : un sac de sable ou de sel, des bottes de neige, des fusées éclairantes, une pelle et des chaînes, des plaques anti-enlisement ou même des morceaux de tapis à placer sous vos pneus en cas de blocage du véhicule.
  • Du liquide lave-glace et des grattoirs de pare-brise supplémentaires
  • Des câbles de démarrage de batterie
  • Une trousse de premiers soins
  • Un GPS ou une carte pour les déviations imprévues
  • Un câble de remorquage

6.Augmentez les distances de sécurité

traffic-3141926_640.jpg

Si les distances de freinage peuvent sembler peu importantes, elles sont essentielles lorsqu’il s’agit de prévenir les accidents en cas de mauvais temps. Par temps de pluie ou lorsque la visibilité est faible, les distances de sécurité doivent être augmentées pour permettre des temps de freinage et de réaction plus longs. Dans des conditions climatiques particulièrement froides ou humides, la glace et même les feuilles mouillées peuvent provoquer des dérapages. En augmentant la distance qui vous sépare du prochain véhicule, vous disposez d'une plus grande marge de manœuvre pour réagir afin qu'un petit dérapage ne se transforme pas en gros accident.

7.Si les conditions sont vraiment mauvaises, arrêtez-vous de conduire

Avec les détails serrés dans lesquels s’effectuent les livraisons, il n'est pas toujours possible d'arrêter tout simplement de conduire. Mais l'expression « mieux vaut prévenir que guérir » doit s'appliquer ici : le respect des délais est sans aucun doute important, mais il est encore plus important de vous protéger, ainsi que les marchandises que vous transportez, contre tout danger. Ne prenez pas de risques excessifs en supposant que la route a été sablée ou que la neige finira bien par cesser de tomber. Faites preuve de bon sens et écoutez les derniers bulletins et avertissements météorologiques. Si la visibilité est faible et que les prévisions annoncent que la situation ne s'améliorera pas sous peu, il est préférable de faire une pause sur l'aire de service la plus proche. Vous gagnerez sans doute du temps sur le long terme : après tout, tout dommage causé à vous-même ou au camion entraînera des retards de livraison beaucoup plus conséquents.

Articles qui peuvent vous intéresser

Coût de transport et service : comment trouver l’équilibre ?

La hausse des coûts de transport est le grand défi à relever aujourd’hui. Découvrez 3 stratégies clé pour y parvenir dans votre entreprise.

Lire plus

Comment envoyer des palettes de manière sûre : un guide de la préparation à la livraison

Comment envoyer des palettes en toute sécurité ? Découvrez nos conseils pour la marchandise palettisée et le choix de la meilleure opération de transport.

Lire plus

Qu'est-ce que le lead time en logistique ? Comment optimiser les délais de livraison

Le lead time en logistique est le délai qui s’écoule entre le moment où une commande est passée et celui où elle parvient au client.

Lire plus

6 avantages essentiels du transport direct de palettes

Découvrez quand et pourquoi le service de transport direct de palettes est la meilleure option pour envoyer votre marchandise.

Lire plus

En OnTruck os damos las gracias por este 2016

Despedimos el 2016 muy contentos con los objetivos alcanzados y muy agradecidos por las relaciones comerciales y profesionales que hemos desarrollado

Leer más

¿Qué peso tiene el transporte de mercancías en Cataluña?

Cataluña al frente de la logística en España. Es el gran referente nacional en el transporte de mercancía y de los más importantes en la Unión Europea.

Leer más

Los desafíos de la UE para el sector del transporte de mercancías

El año 2017 se presenta repleto de desafíos para Bruselas en el sector del transporte de mercancías jugando además un papel muy importante que afecta a todos.

Leer más

Los plazos de pago en el transporte se situaron en los 85 días de media durante 2016

El sector del transporte por carretera asume un repetido incumplimiento de la Ley de Morosidad aprobada en 2010 con una media de periodo de pago de 85 días

Leer más